Le vaste marché des faux-semblants

2016-05-25

Article de l'exposition FAUX SEMBLANTS


"Du trompe l’œil qui fait sourire à la contrefaçon de pièces détachées de véhicule, de médicaments, de prothèses médicales qui font frémir, jusqu’à la reproduction à l’identique et grandeur nature de villes entières telle que la ville suisse d’Interlaken en Chine, qui deviennent de véritables curiosités.

En 2014, la douane a saisi 8,8 millions d’articles de contrefaçon (+ 15,4 % par rapport à 2013), dont 2,6 millions de médicaments.

Le 5 novembre 2015 s’est déroulée depuis Aulnay-sous-bois, la 3e opération nationale de destruction de contrefaçons saisies par la douane.
Tout au long de la journée, des centaines de milliers de contrefaçons ont été détruites dans 21 sites répartis sur l’ensemble du territoire national, y compris en outre-mer.

Médicaments, parfums et produits de beauté, montres et lunettes, articles de téléphonie, produits high-tech, bijoux, articles automobiles, piles, mobilier, jouets, articles textiles, accessoires de maroquinerie, articles de sport, chaussures… font partie de ces saisies des derniers mois par les services douaniers.

La contrefaçon représente aujourd’hui 10% du commerce mondial et coûte environ 40 000 emplois par an à la France et 2,5 millions aux pays du G20. En 2015,  on peut estimer que la contrefaçon représentait plus de 1 700 milliards de dollars. (BASCAP « role and responsabilities of intermediaries fighting  counterfeiting and privacy in the supply chain »2015)


On le constate, la contrefaçon est partout, et ne touche pas uniquement les articles en nombre, mais aussi, et de tout temps, les articles dits uniques, telles les œuvres d’art. L’office central de lutte contre le trafic de biens culturels a eu l’occasion de mettre à jour un vaste réseau de vols d’objets d’art pour beaucoup remplacés par des faux. Après plusieurs années d’instruction, a débuté le mois dernier, l’affaire dite des « cols rouges », dans laquelle seraient impliqués plus d’une centaine de commissionnaires de l’Hôtel Drouot. 

Plus ludique, depuis l’année dernière, Paramount et CBS, détenteurs des droits sur Star Trek, ont attaqué en justice le réalisateur du fanfilm (film réalisé à partir de l’univers de l’œuvre dont le fan s’inspire et fait référence) « Prelude to Axanar », qui a recueilli plus de 100 000$, puis
1million dollars supplémentaires en financement participatif pour produire sa suite. CBS fait notamment valoir qu’une telle suite viendrait directement en concurrence avec le produit officiel. Pour leur part, les avocats du réalisateur le défendent en affirmant que de nombreux éléments de l’univers de Star Trek, qui sont protégés par d’innombrables copyrights, seraient en réalité devenus génériques,  comme les oreilles pointues de Spock ou les phrases que l’on retrouve dans de nombreuses histoires de science-fiction……

A l’occasion du procès, le juge devra va devoir déterminer si un copyright peut être revendiqué sur un langage fictif, la langue klingonne, celui de la race des Vulcans ; ou, si celui-ci relève du domaine des idées, qui ne peuvent faire l’objet d’une appropriation."


Yaël Wolmark